Risquer, pour réussir.

Le musée Guggenheim de Bilbao a dix ans : une date anniversaire pour revenir sur une expérience audacieuse qui est à nos yeux exemplaire en matière de créativité et d’innovation.
Rappelons le, le succès de Bilbao (en 10 ans, 45000 emplois directs créés, un taux de chômage passé de 25 % à 4 %, 1 million de visiteurs annuels) c’est avant tout une immense prise de risque partagée entre plusieurs acteurs : un risque politique et économique pour la région Basque et la ville de Bilbao, un risque d’image et de finances pour la fondation Guggenheim et un risque créatif sans précédent pour Frank Gehry son architecte.
Un séminaire que nous y animions pour l’un de nos clients, entreprise de création, nous a
donné l’occasion d’analyser cette aventure, de décrypter le fonctionnement créatif de Frank Gehry et d’approfondir ces enseignements en créant.
Que retenons nous de ce succès éclatant ? avant tout que le succès est à la hauteur de la prise de risque.Bref, de belles prises de risques en 2008, voici ce que nous vous souhaitons !Valérie Bobo & Pascale Ract

Frank Gehry sous les spots de Mona Lisa : un fonctionnement créatif riche d’enseignements

En 2005, le cinéaste Sydney Pollack, ami de Frank Gehry réalisait le film « Esquisses de Frank Gehry », regard percutant d’un créateur sur le processus créatif d’un autre créateur.
Ce film nous permet de mesurer à quel point la compréhension fine du processus créatif d’un créateur est un levier précieux pour manager la création dans une organisation. Car un créateur ne fonctionne pas en vase clos : il se débat souvent entre l’affirmation de sa singularité, son besoin de reconnaissance et l’obligation de résultat qui sous-tend son travail.Que retenir de son mode de fonctionnement ?L’intelligence sensorielle au cœur du projet

L’intelligence de la main
Les esquisses d’un projet de Frank Gehry montrent déjà l’essentiel : en quelques gestes le projet existe, en quelques traits le projet prend son sens.
Mais l’essentiel n’est encore rien, sans la somme énorme de travail, de ténacité et de courage du créateur et de tous ceux qui l’accompagnent pour aller, au-delà du rêve, vers la réalité.

 

Un prototypage rapide et détaché des contraintes techniques
Le travail de la maquette est géré de façon circulaire : plusieurs maquettes d’échelles différentes sont menées de front, permettant de « cerner » parallèlement des difficultés de nature très diverse. Impliquant la créativité de multiples collaborateurs, il est le maillon essentiel entre le rêve et la réalité. Cela permet de résoudre progressivement toutes les difficultés posées par le rêve quand il s’agit de le matérialiser.

Des outils au service de la créativité
Dans l’équipe de Frank Gehry, la créativité n’est pas le champ réservé au créateur. Pour l’accompagner dans son travail, des outils informatiques inédits ont été conçus par son équipe, permettant de concilier :

  • le besoin des clients : se reprĂ©senter facilement ce qui est proposĂ© ;
  • celui des collaborateurs (des plans d’exĂ©cutions prĂ©cis Ă  des stades donnĂ©s de l’avancement du projet) ;
  • le besoin de libertĂ© du crĂ©ateur de pouvoir remettre en cause des pans entiers du projet jusqu’à un stade avancĂ©.

Les émotions, énergie de la création
Frank Gehry sait tout au long du film nous faire partager le rapport intense qu’il entretient avec la peur (peur du vide, peur de ne pas tomber « juste ») et la colère (haine de l’obstacle, hargne, acharnement à convaincre…). L’entourage vit également au rythme de ces émotions qui sont, comme chez tous les créateurs, très personnelles. Le rôle de ce dernier devient essentiel : reconnaître, accompagner, soutenir, sans subir.

L’inspiration : bouger, au-delà de ses frontières, et se réapproprier
Frank Gehry se nourrit d’art, d’œuvres, d’échanges avec des artistes.
La peinture lui enseigne l’art de la composition. La fréquentation des artistes, à une époque où les architectes se vivaient en général plus comme des ingénieurs, lui a donné le goût de la liberté de rêver.

Comprendre les ressources singulières d’un créateur et ce dont il a besoin pour créer : un point crucial pour manager sa création en pensant l’organisation comme un support plutôt que comme un moule.

A Bilbao, avec son équipe : une étape pour aller plus loin dans la performance créative.

Le management de la création est un territoire singulier pour lequel les modèles sont rares.

Dans une entreprise de création, la créativité n’est pas que l’affaire des fonctions créatives. Pour ceux qui les encadrent, il s’agit d’accompagner un processus complexe qui, pour sa part, consiste à jouer avec, et parfois transgresser, le cadre.

Quelle forme donner à cette collaboration très particulière entre créatifs et managers ? Comment s’y répartissent les rôles ? les responsabilités ? les prises de risques ?
Comment comprendre ce qui est en jeu dans un processus créatif ?
Pour cela, rien de tel que de vivre cette expérience de création soi-même… pour être ensuite en mesure de regarder, de discerner, de comprendre et de décider de l’opportunité d’intervenir ou pas dans le processus créatif d’un collaborateur.

Aborder le sujet de la créativité en expérimentant un acte de création est notre passion et le cœur de notre méthodologie. Pour chaque individu, il s’agit de :

  • comprendre son processus crĂ©atif Ă  l’aide d’outils adaptĂ©s ;
  • en distinguer les moteurs et les freins ;
  • identifier et jouer avec ses leviers d’action.

Cette méthodologie est prolongée par un travail au niveau de l’organisation :

  • analyser les processus crĂ©atifs d’une organisation en se penchant sur ceux de ses crĂ©ateurs ;
  • rĂ©flĂ©chir, Ă  partir de lĂ , aux interactions, celles qui stimulent la crĂ©ation, celles qui peuvent la bloquer ;
  • travailler avec les managers Ă  la mise en place d’un rĂ©fĂ©rentiel qui structure toute l’organisation autour des valeurs portĂ©es par la crĂ©ation.

Un séminaire dans un lieu comme Bilbao a, en démarrage de projet, un effet catalyseur ; le sujet est abordé en 3 dimensions : par les sens, les émotions et la raison.

Tous droits réservés | Paris : + 33 (0)6 85 10 37 77 | www.monalisa-paris.com

Leave a Reply