L’instinct créateur ?

L’acte de création a longtemps été mis à distance et regardé comme un geste d’exception, réservé à quelques « élus ». Aujourd’hui, du développement de logiciels en réseau à la mobilisation tout azimut de l’imagination du consommateur, chacun est engagé à valoriser ses ressources créatives et à les mettre à disposition de ses réseaux.

Cette évolution se retrouve aussi en art où de nouvelles logiques s’affichent, le spectateur étant de plus en plus souvent appelé par l’artiste à devenir acteur de l’œuvre.
Autre dimension de cette évolution : l’œuvre sort du seul musée ou de la galerie pour être présentée dans des situations diverses : nouveaux espaces (comme le 104), hôtels, galeries commerciales, campus, … et lieu de travail.

Partie prenante de ces développements, nous restons vigilantes sur deux points.
L’artiste apporte un regard et un questionnement : il est un passeur vers des approches nouvelles, pas un animateur qui fait sensation.

L’exigence artistique doit rester une préoccupation, au-delà de la seule dimension participative.

Valérie Bobo & Pascale Ract

Toiles de Mayenne : une odyssée où collaborateurs et artistes font oeuvre commune !

Pour la réunion annuelle avec les 80 conseillers de vente du réseau, le Président de Toiles de Mayenne avait ajouté deux objectifs à la présentation des bilans et perspectives de l’entreprise :
• amener ses collaborateurs à comprendre, de « l’intérieur », la nouvelle dynamique de conquête de marchés,
• les encourager à solliciter et questionner leur créativité, moteur de cette dynamique.
Ces deux objectifs ont été atteints en alternant, tout au long de la journée, création et réflexion.

Grégoire Denis, président de Toiles de Mayenne :

Après avoir moi-mĂŞme vĂ©cu un atelier d’analyse du processus crĂ©atif avec Mona Lisa, j’ai souhaitĂ© donner la possibilitĂ© Ă  nos conseillères de vente de mieux comprendre comment elles vivaient cet exercice. Leur quotidien consiste Ă  crĂ©er des dĂ©corations avec leurs clients et la crĂ©ativitĂ© est une des bases de leur mĂ©tier. Mona Lisa a conçu pour nous une intervention sur mesure, utile et apprĂ©ciĂ©e

Une journée rythmée avec 4 temps forts :Créer
Chaque participant crée sur le thème de l’odyssée, à partir de matériaux imposés (inspirés de l’activité textile de l’entreprise), sa composition personnelle. Représentations figuratives ou plus abstraites, baroques ou plutôt minimalistes, chaque proposition donne une vision singulière du thème.
Cet atelier permet à chacun de vivre, dans un cadre structuré par des contraintes de ressources et de temps, une expérience de création qui sollicite son processus créatif individuel.Mettre en scène Une fois terminées, les créations individuelles sont confiées à des artistes chargées, avec la sensibilité qui est la leur, de les assembler en une unique tenture qui dégage une vision commune et forte. Une carte se dessine, amenant le regard à progresser d’un univers terrien aux couleurs chaudes vers un univers marin plus froid et plus ouvert…

Décrypter, comprendre et progresser Dans le même temps, les collaborateurs, à partir de l’expérience vécue, se penchent sur la notion de processus créatif : ils en explorent les fondements et la façon dont ceux-ci se traduisent pour eux. Chacun identifie les moments-clés de son processus créatif lors de l’atelier et réfléchit, à l’aide de nos outils, à ce qui le stimule et ce qui le bloque. Les échanges au sein de petits groupes, permettent de mesurer à quel point chacun a un fonctionnement qui lui est propre.

Rideau ! En fin d’après-midi, tous les collaborateurs découvrent la tenture installée et … comprennent l’importance de cette phase d’assemblage : elle donne une cohérence à un ensemble qui met en valeur chaque contribution individuelle.

Le 104, rue d’Aubervilliers : un projet qui bouscule et exploite les frontières entre l’art et le public

Cet établissement artistique, encore en travaux, devrait ouvrir ses portes à l’automne prochain, à Paris dans le 19e arrondissement. Il va, sur une superficie de 36000 m2, rassembler de multiples acteurs et accueillir des publics divers. Sa vocation ? Bousculer les frontières entre tous les arts et tous les publics ; être un lieu où les échanges entre artistes et visiteurs impulsent une expression artistique nouvelle.

Toutes les formes d’art y seront présentes (mode, design, cirque, danse, cinéma, arts plastiques, arts numériques…). Des artistes venus du monde entier y seront accueillis en résidence, le temps d’un projet ; des manifestations régulières permettront au public de découvrir ce travail. Mais, un cran plus loin dans la logique de décloisonnement et d’échanges, le lieu proposera également des espaces événementiels (possibilité d’y organiser des salons, des showrooms temporaires et des séminaires) et accueillera une pépinière d’entreprise avec pour vocation d’inventer de nouvelles dynamiques entre le champ artistique et le monde économique.

Avant l’ouverture, une première vague d’artistes « hors les murs » est associée au lieu.

Nous avons particulièrement aimé :

  • Alain Bernardini, qui tente de proposer une autre reprĂ©sentation du monde du travail en introduisant le dĂ©lirant et l’insolite dans le quotidien des lieux de production. Une sorte de dĂ©fi aux clichĂ©s sur l’entreprise ou l’usine, et un jeu paradoxal avec les transgressions puisqu’il ne peut se faire sans l’aval des patrons.
  • Delavillette est une structure de conception Ĺ“uvrant dans le domaine de l’alimentation, Ă  travers le design, la recherche et la pĂ©dagogie. Guilhem ChĂ©ron dirige cette activitĂ© en collaborant avec des professionnels de l’industrie, du secteur de la recherche, et des milieux Ă©ducatifs et culturels. AssociĂ©e avec Alexandco (rĂ©seau de spĂ©cialistes indĂ©pendants (designer, scĂ©nographe, architecte d’intĂ©rieur, ingĂ©nieur…), il propose 5 recettes de promenades culinaires autour du 104 pour rĂ©cupĂ©rer les ingrĂ©dients nĂ©cessaires Ă  la prĂ©paration d’une recette inspirĂ©e du folklore local, esquisse d’un folklore plus global : Couscous manga ou gratin du 19e se construisent ainsi au fil d’un shopping promenade et se dĂ©gustent en Ă©cho Ă  ces souvenirs. Des modes d’emploi interactifs de mise en table de ces recettes sont proposĂ©s, toujours en rĂ©fĂ©rence aux ressources disponibles et expĂ©riences dans le quartier.

Mona Lisa communique

Palio Création, une nouvelle place qui signale et décrypte initiatives, lieux et tendances de création,
interviewe Valérie Bobo - Accéder au site Palio CréationMona Lisa citée dans Le Monde Economique, le 1er avril - Lire le PDF

Tous droits réservés | Paris : + 33 (0)6 85 10 37 77 | www.monalisa-paris.com

Leave a Reply